Une organisation en mouvement (épisode 1)

Chacun est conscient de l'évolution du système universitaire en France sur les 5 dernières années. La loi LRU en 2008, puis loi Fioraso en 2013, marquent la vie des établissements de leur empreinte. Cette empreinte est en trois parties : une plus grande rigueur budgétaire dans un esprit de responsabilisation, une qualité recherchée à tous niveaux dans un esprit d'excellence du service public, une coopération interuniversitaire renforcée à l'échelle territoriale dans un esprit de cohésion. De plein gré ou forcé, notre établissement est canalisé par cette évolution du cadre législatif. Il doit s'adapter, se configurer, se positionner pour être à même d'affronter de nouveaux enjeux. Notre place et notre rôle au sein de la communauté d'universités et d'établissements (CoMUE) est une illustration de ce cheminement progressif vers de nouveaux mécanismes coopératifs. Dès maintenant, nous devons décliner cela dans notre quotidien avec le souci de l'efficacité constante et du pragmatisme.

La création de nouveaux emplois délégués de l'Etat est un vrai ballon d'oxygène pour l'établissement. Mais c'est aussi une responsabilité dont nous devons mesurer la portée à l'aune d'une croissance qui peut nous conduire à former plus de 5000 étudiants en 2020, d'une part, et des évolutions des pratiques universitaires et des modes de fonctionnement au sein de la COMUE, d'autre part. La définition des postes intègre déjà cette réflexion et nous allons illustrer notre propos par un cas spécifique vécu dans le cadre de la campagne d'emplois 2013.

Les fonctions attribuées aux assistantes de la direction d'établissement, en central à Albi, étaient jusqu'alors centrées sur le rapport direct aux responsables : appui au directeur (D) et au directeur scientifique (DS) pour un poste, appui au directeur général des services (DGS) et à la direction des études (DE) pour l'autre poste. Or le constat a été très vite établi d'une montée en puissance de relations à l'environnement qui concernaient souvent tous les niveaux de direction et pour un rapport à un seul interlocuteur institutionnel. Pour donner des exemples, le rapport à l'AERES concerne toutes les directions opérationnelles car on évalue les formations (DE), les unités de recherche (DS) et l'établissement (D+DGS). Autre cas de figure, la concertation sur la gouvernance de la CoMUE à l'échelle du site Midi-Pyrénées implique un investissement de tous les niveaux de direction avec les directions de l'Université de Toulouse (D avec la présidence de l'UT, DE avec UT/DFVE, DS avec UT/DRED, DGS entre eux). Afin de coordonner les dossiers de manière plus efficace et de pouvoir capitaliser sur le contenu des relations à travers une seule personne, nous avons réformé les fonctions d'appui à la direction. Le départ de Mme Chevalier à la valorisation de la recherche a permis de fournir un appui à la DS sur la gestion des activités. Mme Deligne a pris les fonctions d'assistante générale de direction pour les affaires internes et nous avons fait naître un nouveau poste. Mme Panaud a été recrutée sur cet emploi de catégorie B suite à une promotion. Elle a en charge la gestion des dossiers liés aux relations partenariales auprès de l'équipe de direction.

Ces relations partenariales impliquent différentes catégories d'acteurs situés dans l'environnement de l'établissement universitaire :

  • à la tutelle ministérielle : support au débat d'orientation, à la rédaction et au suivi du contrat d'établissement (Toutes directions), ainsi qu'aux campagnes d'accréditation des diplômes (Direction des études)
  • à la CoMUE : support à la définition et à la finalisation de la politique de site, gestion des projets du périmètre IDEX (toutes directions)
  • aux comités de site : support à la mise en œuvre des politiques de sites dans le cadre du schéma régional de l'enseignement supérieur et de la recherche (Toutes directions)
  • aux collectivités locales : support à la définition et au suivi des contrats d'objectifs et de moyens (Toutes directions)
  • aux instances d'évaluation qui opèrent sur l'établissement (Toutes directions)

Mme Panaud a toutes le compétences requises pour exercer ses missions avec le talent qu'on lui connaît. Elle a précédemment occupé deux postes dans l'établissement, un basé à Castres, puis un basé à Rodez. Elle y a fait preuve d'une réel professionalisme

Dès sa prise de fonction, Mme Panaud a montré son dynamisme et la valeur ajoutée de son engagement auprès de nous. Nous lui souhaitons de poursuivre dans la même voie pour l'intérêt supérieur de l'établissement dans cette période charnière que nous vivons où son action de coordination sera de tout premier plan

H. PINGAUD