RDV culturels

[spectacle] La guinguette magique du Docteur Troll

La guinguette représente un art de vivre : celui de la fête populaire. Une terrasse, à ciel ouvert, avec tables et chaises. Nous retrouvons l’esprit guinguette avec ses guirlandes caractéristiques. Les magiciens, jouant le rôle de serveurs, y accueillent les curieux avec des menus, comme au restaurant. Ces menus sont constitués de rubriques comme le mentalisme, les tours de cartes, les numéros de triche... Les spectateurs choisissent les tours de magie désirés, pour que les artistes les présentent à l’ensemble de l’assistance.

[concert] Sourisseau & Karpienia, duo hors du commun

Voilà deux vieux briscards coutumiers du Retour du Jeudi. Mathieu Sourisseau est déjà venu avec Facteur Sauvage, Eténèsh Wassié, ou encore Mike Ladd. Sam Karpienia, on l’a accueilli avec Dupain, puis en solo. Quand ces deux tonitruants musiciens croisent l'instrument, c'est une boule d'énergie contenue à la limite de l'implosion qui vrombit dans nos corps et nos oreilles.

[spectacle] Chahîd

Chahîd retrace le parcours de Nicolas Bons, jeune Toulousain parti en 2013 faire le djihad en Syrie, accompagné de son demi-frère Jean-Daniel. Après avoir été endoctrinés, instrumentalisés et médiatisés, ils ont été sacrifiés... Ceux qui les ont manipulés les ont exploités jusqu'à les anéantir. Sous la forme d'un témoignage fictif s'adressant à sa mère, cette proposition immersive, seul en scène, invite les spectateurs à mieux concevoir les origines de la tragédie.

[concert] La FOULE

Voici un trio singulier, combinant la guitare slide de Brunoï Zarn, les tablas de Fred Cavallin, et la voix d’Erwan Valette, qui joue sur un registre blues teinté d'Orient, des mélodies entêtantes et des ballades enivrantes. La voix se fait tantôt chantée, tantôt conteuse, égrainant les nuances et les contradictions de personnages réels, inconnus mais qui gagnent à l'être, trognes et tranches de vie, ordinaires dans une foule, mais extraordinaires dans le cadre de La Foule.

[spectacle] Service public : Qui veut économiser des milliards ?

Le royaume va mal et le Roi se désole. Les milliards de dettes s'accumulent, la seule idée de modérer les fastes de la cour lui fend le cœur, et les riches entrepreneurs se bousculent aux portes du palais : il faut leur dégoter de nouveaux investissements bien juteux. La vie politique chancelle et on sent planer sur l'empire une ambiance diablement morose. La cour se presse autour de Sa Majesté qu'il faut soutenir dans une bien lourde tâche. Elle doit annoncer au peuple la suppression d’un bien commun considéré comme acquis depuis maintenant des années.