Rodez : de Burloup au campus Saint-Éloi

Mis à jour le 7 jan 2020

C'est une métamophose qui attend l'INU Champollion à Rodez. Fin 2021, l'établissement quittera le site de Burloup pour rejoindre le quartier Saint-Éloi. Et ne former avec l'IUT qu'un seul et même campus dans la ville. Découverte du nouveau bâtiment de l'INU Champollion et de son architecture.

1/5. D'un seul bloc, le nouvel équipement est constitué autour « d'une ample façade représentative de l'institution universitaire [...] Un front bâti suffisamment fort pour faciliter son identification », décrivent les architectes à l'origine du projet (Hirsch & Zavagno). Sur 3 400 m2 et quatre niveaux, le bâtiment est calibré pour accueillir près de 1 000 étudiants, selon les besoins exprimés par l'établissement.

2/5. Déployé sur toute la frontalité des espaces communs au campus (stade, futurs restaurant universitaire et gymnase), le bâtiment épouse en aval les limites de l'espace disponible, « moulé à la topographie environnante ». Ce volume unique forme en son sein un jardin intérieur propre à l'établissement. « Un îlot de fraîcheur au coeur de l'équipement.»

3/5. « Fluide, lumineux et vivant », le hall central est agencé sur deux niveaux. Il donne accès, en rez-de-chaussée bas, à l'amphithéâtre et aux locaux techniques. Puis, par l'escalier, au niveau d'occupation principal (rez-de-chaussée haut), qui accueille les bureaux du personnel, la bibliothèque universitaire et le foyer des étudiants. Tous ces espaces bénéficient de prolongements extérieurs sur le jardin ou des terrasses.
Les deux niveaux supérieurs sont dédiés aux salles d'enseignement. Le pôle STAPS est placé dans une aile spécifique, équipée d'une salle multi-sport et d'une salle de musculation.
Un local à vélo et 50 places de parking sont intégrés au bâtiment.
La structuration de l'espace privilégie « clarté, lisibilité du plan et fluidité des parcours ».

4/5. Au centre du bâtiment, bordé de terrasses et galeries intérieures, le jardin donne « lumière, calme et agréments aux locaux ». Par sa position, il est au cœur des fonctions d'accueil et de vie commune du projet. "Une sorte d'agora où convergent le hall d'accueil, la bibliothèque, les espaces de réunion et de convivialité".

5/5. La construction « brute et naturelle » fait écho au paysage urbain de Rodez. La pierre habillera l'ensemble du socle, le zinc, plus foncé, le monolithe dédié aux espaces d'enseignement.
En intérieur, le bois, utilisé structurellement, sera donné à voir, en dialogue avec le jardin. Une toiture entièrement végétalisée apportera un agrément de vue depuis tous les bâtiments surplombant l'établissement.
Des volumes "simples et sobres" structurent l'ensemble, conformément aux « valeurs architecturales » des concepteurs du projet : « contextualité, recherche d'une modernité non exubérante ».